vendredi 30 septembre 2011

L’extrait qui fait envie


« Si ma vie était un ruban, j’aimerais pouvoir couper la longueur de ce jour-là avant d’en recoudre les bouts, comme si de rien n’était… »

Comme elles, Tome 2

« Agenouillée sur l’autre lit (…), se détachait la silhouette blanche de sa femme, et près d’elle se tenait un homme grand et mince, habillé de noir. Dans sa main gauche, il tenait les deux mains de Mrs Harker, ou plutôt il les écartait de son buste autant qu’il le pouvait de sorte que les bras de la jeune femme fussent entièrement tendus ; de sa main droite, il lui tenait la nuque, l’obligeant à pencher le visage sur sa poitrine. Sa chemise de nuit blanche était tâchée de sang, et un filet de sang coulait sur la poitrine de l’homme, que sa chemise déchirée laissait à nu. »

Dracula, Bram STOKER

Someone Like you (Adele)





{Quelqu'un comme toi} 


J'ai entendu que tu t'es installé
Que tu as trouvé une fille et que tu es marié maintenant
J'ai entendu que tes rêves se sont réalisés
Je devine qu'elle t'a donné les choses que je ne t'ai pas donné.
Vieil ami, pourquoi es tu si timide ?
Cela ne te ressemble pas de te retenir ou de te cacher de la lumière.



Je déteste apparaître de façon impromptue, sans être invitée
Mais je ne pouvais pas rester à l'écart, je ne pouvais pas lutter contre ça
J'avais espéré que tu verrais mon visage
Et que tu te rappellerais que pour moi, ce n'est pas fini



Peu importe, je vais trouver quelqu'un
comme toi
Je ne souhaite rien d'autre que le meilleur pour toi aussi
Ne m'oublies pas, je t'en prie
Je me souviens tu disais
"Parfois ça dure en amour
Mais parfois à la place ça fait mal"

Parfois ça dure en amour
Mais parfois à la place ça fait mal"


Tu sais comme le temps s'échappe
Seulement hier était le meilleur moment de nos vies
Nous étions nés et élevés dans une brume d'été
Liés par la surprise de nos jours de gloire



Rien ne se compare
Pas de soucis ou de soins
Regrets et erreurs, ce sont des souvenirs révolus
Qui aurait su que cela aurait un goût si
amer?

L’homme qui a tué sa femme deux fois

Robert Etienne, 73 coups de couteaux (récidiviste)

Robert Etienne a porté 66 coups de couteau sur sa femme. Même scénario qu’avec son ex-femme sur qui il en avait porté 73…

Il avait été inculpé pour 15 ans de prison mais est sorti au bout de 9 ans pour bonne conduite. Chose étrange, il est retourné vivre dans son ancien appartement, lieu du crime de son ex-compagne.

Et le voilà qui récidive…

Il va falloir qu’on m’explique comment on peut laisser un tueur sortir de prison seulement au bout de 9 ans ? Même si on remarque une très bonne conduite de sa part, cet homme est un fou !

Faudrait un peu se réveiller en France parce qu’avec tous ces multi récidivistes violeurs, tueurs et j’en passe, il y a vraiment un problème et plus personne n’a confiance en la justice française, et le cas Robert Etienne en est un très bon exemple !


Nouveles images de Catwoman pour le prochain Batman

Le prochain film de Christopher Nolan met en scène Anne Hathaway dans le rôle de Catwoman. Vous en dites quoi ?

jeudi 29 septembre 2011

Anecdotes sur Taylor Lautner et Lily Collins

Ces deux acteurs sont à l’affiche d’Identité secrète


Xoxo
: Vous avez vu les sourcils de l’actrice principale ? Trop bizarre non ?

Moi :
C’est parce qu’elle se les maquille.

Xoxo :
What ?

Moi :
Non mais t’as raison moi aussi j’ai tiqué sur ses sourcils… Ils sont très broussailleux !






Moi : Taylor Lautner serait sorti durant le tournage avec la fille de Phill Collins. 

Xoxo :
Tout comme sur le tournage de Valentines day avec Taylor Swift. Il drague ses partenaires de films lui ! 





Durant la « fameuse » scène du baiser dans le ciné il y a un type qui s’est mit à glousser de rire violemment. 

Sosso :
Il a jamais vu de bisous entre deux personnes celui-là où quoi ?

Identité secrète (John Singleton)

Pourquoi ai-je choisi ce film ? Parce qu’il me restait des places de cinéma gratuites et qu’il fallait bien faire plaisir à tout le monde donc : Film d’action ! (Oui parce qu’il n’y avait QUE ce film d’action là au ciné donc pas vraiment le choix…)


Résumé : Nathan Harper a toujours éprouvé la désagréable impression de mener une vie qui n’est pas la sienne. Lorsqu’il tombe par hasard sur une photo de lui, enfant, sur un site de personnes disparues, ses peurs les plus sombres deviennent brusquement réalité. Ses parents ne sont pas les siens, sa vie n’est qu’un mensonge soigneusement fabriqué pour cacher une vérité aussi mystérieuse que dangereuse... Alors qu’il commence à rassembler les pièces du puzzle, Nathan est pris pour cible par des tueurs. Il est obligé de fuir en compagnie de la seule personne en qui il ait confiance, sa voisine, Karen. Tandis que les deux jeunes gens s’efforcent d’échapper à une armée de tueurs et d’agents gouvernementaux, Nathan réalise que sa seule chance de survivre – et de résoudre le mystère de sa véritable identité – est d’affronter la situation à sa façon…

Mon avis : J’imagine bien toutes les fans hystériques de Taylor Lautner aller voir le film juste pour lui. Mais elles auraient bien raison parce qu’à part les beaux muscles lustrés de l’acteur qui joue le rôle de Jake dans Twilight, il n’y a absolument rien d’autre de réellement intéressant (bien sur, si on trouve sa plastique intéressante, ce qui n’est pas forcément mon cas !). 
Il y a de très bons acteurs présents, on se demande bien ce qu’ils font là d’ailleurs, j’ai nommé Alfred Molina, Sigourney Weaver, Jason Isaacs ! 
Une histoire qui met du temps à se mettre en place, des scènes teenager complètement inutiles, des « je viens de me casser le pied mais je gambade comme un fou deux minutes après, des scènes romantiquo / ridiculo. Au secours ! 
Mise à part cela, je suppose que ce film ne demandait pas une utilisation intensive des neurones donc c’est ce que j’ai fais. Taylor Lautner joue parfaitement bien le rôle du gros musclé, ado, amoureux et en cavale. Enfin, nous pouvons apercevoir la fille de Phill Collins, Lily Collins. 

Ma scène préférée : Celle où les deux héros mangent de la junk food devant le membre de la CIA véreux. Oui, parce que j’avais très faim ! 
Non, plus sérieusement, la scène d’entrainement père/fils, très violente. Les bruitages de craquements après certains coups de poings ou coups de pieds étaient flippants et très réels. J’avais mal pour eux ! 




Un film affligeant mais il faut voir le bon côté de la chose, j’ai bien rigolé ! 

La nouvelle pub Fnac pour leur service « Reprises »


Entrer avec du vieux, ressortez avec du jeune. Les enfoirés ! (Mais c’est bien trouvé comme idée, j’ai rigolé !)

Fruits Basket (Natsuki Takaya)

Présentation de l’éditeur : Tohru, mignonne et courageuse lycéenne, vivait sous une tente dans les bois. Recueillie pour ses talents en matière de travaux ménagers par la famille de Yuki Sôma, un de ses camarades de classe, Tohru vit maintenant entourée de garçons dans une grande maison. Mais ce qu'elle ignore, c'est que la famille Sôma est victime d'une malédiction secrète. Certains de ses membres se transforment, dans des circonstances particulières, en un des douzes animaux du zodiaque chinois ! Avec d'aussi étranges personnages, la nouvelle vie de Tohru va lui réserver de nombreuses surprises.

Mon avis : Des dessins magnifiques, une histoire prenante et bien élaborée, une poésie dans le texte qui ne peut que toucher et faire réfléchir sur la vie, sur nous même, sur notre relation avec les autres. On pleure, on rit, on est attendrit, on ressent de la pitié, de la colère. Je crois que dans ce manga nous ressentons toutes les sensations possibles et imaginables. Le scénario et l’intrigue sont écris tels que nous ne pouvons pas finir un des tomes sans en reprendre un juste après.
Immédiatement, tous les personnages principaux deviennent de gros coup de cœur, de part leurs personnalités bien distinctes et leurs histoires peu communes. (Pour les jeunes filles qui lisent ce manga, de toute façon, nous tombons forcément amoureuses de tous les personnages masculins principaux et secondaires. C’est indéniable). Cette histoire a de particulier que, même les personnages secondaires deviennent, à un moment ou un autre du bouquin, des personnages principaux. Tohru, jeune fille innocente, naïve et profondément gentille se révèle être le personnage le plus fort du manga.
Je n'ai jamais été aussi triste et aussi heureuse à la fois. Une histoire inoubliable...

Passage préféré (quelques spoilers) : Il m’est impossible de choisir un seul passage car presque toutes les scènes de cette série sont des petites perles, impossibles à oublier. Je peux en citer quelques unes.

- La véritable histoire du Dieu et des douze, révélant que le chat était finalement le plus sage.

- Momiji et sa mère, un fils merveilleux.

- Hatori et Kana, ou l’oubli…

- Tohru, si spéciale pour Yuki

- Le « A peu près Cendrillon », de gros fous rire

- La merveilleuse histoire d’amour entre le père et la mère de Tohru

- Kyo brisant son bracelet en milles morceaux

- Quand la malédiction est levée, les membres des douze pleurent tous au même instant. C’est puissant, dramatique, joyeux et merveilleux.

Citations (quelques spoilers) :

« Pourquoi est-ce qu'on est souvent jaloux des autres ? Pourquoi est-ce qu’on n’est pas capable de voir nos propres qualités ? » (Tohru)

- Vous savez où va la neige une fois qu’elle a fondue ?

- C’est évident… Elle redevient de l’eau, bien sur !

- Mais non ! Elle va peu à peu se transformer en printemps !

« Elle était mon véritable printemps. Dans cette maison froide, j’étais devenu comme la neige. Elle était comme un printemps qui rayonnait. Comme si la neige qui entourait mon cœur fondait sous la douce chaleur du printemps. » (Hatori)

« Cela m’est égal si je meurs glacé au milieu des neiges qui ne fondront jamais… » (Hatori)*

« Un jour j’ai décidé que moi je voulais vivre en assumant bien tous mes souvenirs, même mes souvenirs les plus tristes, même ceux qui continuent à me faire mal, même ceux que je voudrais complètement oublier. Si je fais des efforts et que je ne les fuis pas. Si je garde espoir, alors un jour je deviendrai quelqu’un qui ne sera plus écrasé par ses propres souvenirs. Voilà ce que je crois. » (Momiji)

« Il ne faut pas penser, parce que vous aimez quelqu’un, que cela vous donne des droits particuliers sur lui. »

« Toutes nos expériences sont comme de l’engrais, elles servent à nourrir notre personnalité. » (Kyoko)

« Est-ce plus difficile pour celui qui part ou pour celui qui reste seul ? » (Kyo)

« Tu as pleuré en disant que tu te sentais seule, et je t’ai trouvé infiniment humaine. Alors… Je suis tout simplement tombé amoureux de toi ».

« Je voulais simplement savoir à quoi ressemble notre monde au travers de tes yeux. » (Yuki)

« Je suis comme une poupée sans âme. Une poupée cassée qui n’arrive pas à devenir un être humain. Un produit défectueux. Les gens passent, et moi aussi. Ce sont eux qui sont transparents ? Ou bien est-ce moi ? » (Machi)

« Comme si ce jour était celui de notre venue au monde »

« Lorsqu’on se sépare, la tristesse ressentie est d’autant plus forte que l’amour que l’on a éprouvé a été grand »

« C’est seulement le début d’une nouvelle fête, pas vrai ? »

Pour conclure : C’est un manga que j’aurais du lire durant mon adolescence, à l’époque où je pensais que l’amour sincère et véritable existait vraiment. Ce fut un pur bonheur d’y croire à nouveau, mettant un peu de côté la femme blasée que je suis devenue.



Sublime, fantastique, drôle, émouvant, pour les grands comme les petits.



mercredi 28 septembre 2011

L’Extrait qui fait envie


« Les amis à l’école ça sert surtout à avoir de la compagnie pour déjeuner ou pour sortir. Pour éviter d’être seule, tout simplement ».

Comme elles, Tome 1

« Tout ce corps sensuel, visiblement dépourvu d’âme, c’était comme la dérision diabolique de ce qui avait été la douce candeur de Lucy. »

Dacula, Bram Stoker

mardi 27 septembre 2011

L’extrait qui fait envie


« La mère de David lui répétait souvent que les histoires étaient vivantes (…) elles se mettent à vivre dés qu’on les raconte. (…) Elles sont comme les notes d’une chanson sur du papier réglé se languissant de rencontrer l’instrument qui donnera naissance à leur musique. »

« Les histoires des journaux sont aussi volatiles que la fumée, aussi périssables qu’éphémères. Elles ne s’enracinement nulle part, ce sont de mauvaises herbes proliférant sur le sol, cachant le soleil à des contes autrement plus dignes d’intérêt. »

Le livre des choses perdues, John CONNOLY

« Jamais les cyprès, les ifs, les genévriers, n’avaient symbolisé de la sorte la mélancolie ; jamais les arbres n’avaient craqué avant tant de mystère, et jamais les hurlements lointains des chiens n’avaient fait monter dans la nuit un tel présage de malheur. »

« Lucy Westenra, mais à quel point changée ! La douceur que nous lui avions connue était remplacée par une expression dure et cruelle et, au lieu de la pureté, son visage était marqué de voluptueux désirs. »

« La lumière éclaira le visage de Lucy ; ses lèvres étaient écarlates, tout humides de sans frais dont un filet avait coulé sur son menton et souillé son vêtement immaculé de morte. »

Dracula, Bram STOKER

Phrases qui m’inspirent

« Je trouvais plus de sens profond dans les contes de fées qu’on me racontait dans mon enfance que dans les vérités enseignées par la vie »

Friedrich Schiller

« Tout ce qui peut être imaginé est réel »

Pablo Picasso

Faites entrer Fabrice Eboué

Spectacle de l’humoriste tout droit sorti du Jamel Comedy Club. Des sujets forts de l’actualité relatés avec drôlerie et intelligence. Notamment sur le racisme, l’immigration, Ingrid Bettancourt, le sida, la religion, les suicides dans les grosses firmes françaises, et bien d’autres encore !

Il se confie sur son ami, Jamel Debouzze, celui qui lui a laissé sa chance, mais également de sa vie en tant que chroniqueur à la télé avec Fogiel ou à la radio, pour Ruqier, et pas mal d’autres sujets un peu plus léger.

J’ai vraiment apprécié ce moment de détente et de rire intelligent car on sent bien tous les messages de tolérances qu’il essaye de prôner.

Top ten tuesday

Les 10 livres que vous n'avez pas réussi à poser une fois commencés 

N'avez-vous jamais lu un livre pendant des heures, sans voir le temps passer, sans sentir ni faim, ni soif, ni fatigue ? Quels sont les titres qui ont sans cesse occupé vos pensées au travail, en cours, et pour lesquels vous n'attendiez plus que de pouvoir continuer votre lecture ? 

Rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.


1) La saga Harry Potter, JK Rowling

Je crois que tout le monde sait pourquoi j’ai choisi cette saga en premier. Cette possède possède tout ce dont on peut rêver pour s’évader et se divertir. Harry Potter aura marqué toute une génération, dont je fais partis.



2) La jeune fille à la perle, Tracy Chevalier

Une des plus belles et des plus tristes histoires d’amour que j’ai pu lire jusqu’à ce jour. Le point culminant du bouquin est une scène ou seul un geste, très léger, nous fait fantasmer. Chapeau !



3) La saga Percy Jackson, Rick Riordan

Drôle et léger, ces livres m’ont fais du bien à un moment où j’avais vraiment besoin de me divertir et d’oublier une vie un peu trop pesante. On s’attache à tous les personnages et ce n’est pas tous les jours qu’on peut imaginer le Dieu Poséidon avec des tongs et une chemise à fleurs : Cultissime



4) La saga des Compte à rebours, Daniel Parker

Je suis tombée sous le charme de cette série fin du monde où des adolescents se retrouvent seuls face à eux même, en essayant de survivre sur une terre devenue hostile. On se prend à imaginer ce que cela pourrait donner si un jour nous vivions les mêmes choses ! (Sauf que je ne suis plus une adolescente donc… Bouhouhou je me fais vieille !)



5) La saga Twilight, Stephenie Meyer

Non, ne me lapidez pas ! Oui, je sais, c’est très culcul la praline, surtout depuis ce qu’ils en ont fait en film. Mais franchement, la première fois que j’ai lu les quatre tomes, j’étais totalement in love d’Edward et je me suis souvent prise à rêver que j’étais à la place de Bella. Oui, je l’avoue.



6) Les Fruits Basket, Natsuki Takaya

J’ai finis ce manga hier soir, et je ne m’en suis toujours pas remise. Poétique, triste, magnifique, incomparable.



7) La saga des Tara Duncan, Sophie Audouin-Mamikonian
Des livres faciles à lire et drôles. De l’aventure en veux-tu en voilà. J’ai passé de très bons moments à AutreMonde donc cela vaut à cette saga une place dans mon classement.



8) Les Chair de poule, R.L. Stine

Des livres qui m’ont fait frissonner, que je lisais à vitesse grand V quand j’étais petite. R.L. Stine a été un des auteurs à me faire aimer la lecture !



9) Le roman de la belle et la bête, Bernard Simonay

Je suis une grande fan des histoires de Simonay et cette réécriture du conte qui a un peu vieilli m’a énormément plu.



10) Da Vinci Code, Dan Brown

Parce que je ne m’attendais pas à autant aimer cette histoire.

Transformers 3, La face cachée de la lune (Michael Bay)

Pourquoi ai-je choisi ce film ? Parce que j’ai bien apprécié le deux premiers volets. Je sais que le scénario n’est pas très recherché mais en même temps, j’ai passé de bons moments et je trouve les effets spéciaux très biens fais !

Résumé : Un événement mystérieux lié à notre passé éclate au grand jour. C’est la guerre qui menace aujourd’hui notre Terre ; une guerre d’une telle ampleur que l’aide des Transformers pourrait, cette fois, ne pas suffire à nous sauver.

Mon avis : On retrouve avec plaisir toute l’équipe de bras cassés des humains, sauf, bien évidemment une certaine actrice qui aurait mieux fait de ne pas dire des bêtises sur le réalisateur, j’ai nommé Megane Fox ! L’absence du deuxième personnage principal, sans aucunes explications réellement plausibles gêne un peu au départ. La nouvelle chérie de Sam est un mannequin professionnel donc forcément, on s’habitue vite à sa présence. Elle joue bien son rôle de blonde potiche mais, pour ma part, je préférais largement Megane Fox, elle avait au moins quelques scènes un peu plus intéressantes de femme battante. Surtout que durant les scènes de gros capharnaüms, la nouvelle petite amie du héro est toujours bien maquillée et coiffée, normal quoi ! Les crises de jalousies de Sam envers le patron riche, beau gosse et charmant de sa copine sont compréhensibles et assez mignonne je dois dire. Plus ça va, et plus j’avoue que l’acteur Shia Labouf me plait et me fait rire. Il a un certain charme.
Il y a une apparition très remarquée de John Malkovich ! Il a besoin de se renflouer ses coffres pour jouer dans un film comme ça ? Second rôle en tant que patron d’une grande firme où le héro veut travailler. La scène de l’entretien d’embauche est drôle. John Malkovich comme à son habitude joue à la perfection un patron maniaque et insupportable. En tout cas c’est une très bonne surprise ! J’adore cet acteur.
Un retournement de situation un peu trop prévisible à mon goût au milieu de l’histoire… Le gentil qui en fait a fait un pacte avec les méchants. Vu, revu et survu…
J’ai été étonnée de voir une scène où des soldats sautent de leur appareil en plein vol, sans parachutes. Ils ont une espèce de combinaison faite pour qu’ils puissent voler et se mouvoir dans l’air, seuls. Ils créent tous ensemble une figure humaine comme celles que l’on peut voir avec les avions. J’ai trouvé cela impressionnant et je me demande si ces combinaisons existent réellement.
Une apparition est très remarquée, celle de Buzz Aldrin, deuxième homme à avoir marché sur la lune après Neil Armstrong. Sa présence dans le film est un clin d’œil bien sympathique.

Ma scène préférée : Celle de la destruction d’un immeuble tout en verre qui est franchement impressionnante. On se demande bien comment les humains ont pu s’en sortir en un seul morceau !


Un film beaucoup trop prévisible, un scénario pas vraiment travaillé et des blagues devenues vraiment trop lourdes à mon goût. Je l’ai beaucoup moins aimé que les deux premiers volets donc bof

lundi 26 septembre 2011

L’extrait qui fait envie


« Cette histoire est restée longtemps gravée dans un coin de ma tête, comme une page marquée d’une croix »

Fruits Basket Tome 19

« Comme si ce jour était celui de notre venue au monde »

Fruits Baskets Tome 22

« Aimer ne signifie pas simplement aimer ce que l’on a sous les yeux mais aussi embrasser le passé et le futur. »

« Lorsqu’on se sépare, la tristesse ressentie est d’autant plus forte que l’amour que l’on a éprouvé a été grand »

« C’est seulement le début d’une nouvelle fête, pas vrai ? »


Fruits Basket, Tome 23

I love you (Avril Lavigne)


{Je t'aime} 

J'aime ton sourire
J'aime ta vibration
J'aime ton style
Mais ce n'est pas pour ça que je t'aime

Et je, j'aime la façon
dont tu es une star
Mais ce n'est pas pour ça que je t'aime
Hey
Sens-tu, me sens-tu ?
Ressens-tu ce que je ressens aussi ?
As-tu besoin, as-tu besoin de moi ?
As-tu besoin de moi ?

Tu es si beau
Mais ce n'est pas pour ça que je t'aime
Je ne suis pas sûre que tu saches que
La raison pour laquelle je t'aime c'est toi
Tu es toi
Juste toi

Oui, la raison pour laquelle je t'aime,
c'est tout ce que nous avons traversé
Et c'est pour ça que je t'aime


J'aime la façon dont tu te comportes mal
Quand on est bourré
Mais ce n'est pas pour ça que je t'aime
Et comment tu continues d'être simple
Quand je suis compliqué

Mais ce n'est pas pour ça que je t'aime

Et même si, on ne les surmonte pas
Je suis toujours là pour toi
Toi

C’est lundi, que lisez-vous ?




J’ai presque terminé les mangas Fruits Basket, que je vais d’ailleurs pouvoir normalement rendre demain soir à ma chère Yuka. 



Je suis à un peu plus de la moitié de Dracula, de Bram STOKER


Prochaines lectures : 

Le livre des choses perdues de John CONNOLY pour notre rencontre du club de lecture « Lire @ Montpellier » du mois d’octobre.



Bonne semaine à tous et à toutes et surtout bonnes lectures

dimanche 25 septembre 2011

L’extrait qui fait envie


Yuki pour Machi : « Je voulais simplement savoir à quoi ressemble notre monde au travers de tes yeux. »

Machi : « Je suis comme une poupée sans âme. Une poupée cassée qui n’arrive pas à devenir un être humain. Un produit défectueux. Les gens passent, et moi aussi. Ce sont eux qui sont transparents ? Ou bien est-ce moi ? «

Fruits Basket Tome 16

Adele Blanc-Sec (De Luc Besson)

Résumé : En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c'est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d'années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l'oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d'autres surprises extraordinaires... 

Mon avis : Je devais regarder ce film depuis déjà pas mal de temps mais je n’avais jamais trouvé le temps, ou plutôt le courage, pour le visionner. Je ne connaissais pas Louise Bourgoin en tant qu’actrice et je dois dire que, pour une française, elle se débrouille plutôt pas mal. Elle est drôle mais les tirades manquent cruellement de naturel, comme dans pratiquement tous les films français que j’ai pu voir… L’histoire est pas mal ficelée et on est tout de suite entrainé dans sa folle aventure pour sauver sa sœur. Ce qui m’a le plus plu dans ce film c’est le travail de toute la main-d’œuvre, autre que les acteurs. Les décors sont somptueux et l’ambiance de l’époque très bien retranscrit, ainsi que les costumes. On se croirait vraiment en France au début du XXème siècle et pour un film français (oui, je sais, je me répète) ce n’est pas mal du tout ! Certains clins d’œils, notamment celui du Louvre, sont sympathiques mais on s’y attend un peu trop…

Ma scène préférée : Les scènes avec les momies, dont celle qu’elle prend pour un médecin qui finalement n’est qu’un ingénieur.





C’est dimanche !

A retenir de cette semaine

- Les Gossip news

- DSK au JT de 20h et Daniel Cohn-bendit comparé à la chaîne Arte dans La Météo de Solweig
- Les conseillers de Pôle Emploi

- Un léger plagiat

- Mes fous rires avec les Fondatrices

- Retour du bégaiement…

- Ma relation spéciale avec mes frères

Mes achats :

- Le livre des choses perdues, John CONNOLY (acheté pour la rencontre d’octobre de « Lire @ Montpellier»)

- Des écouteurs pour mon lecteur MP3 (c’est fou ce que c’est de la m**** les écouteurs qu’on nous vend franchement ! Même les chers…)

Le sondage de la semaine

C’est avec le plus grand sérieux qu’il faut répondre à ce sondage car, je dois le dire, il est vital pour moi de savoir :



Quel personnage préférez-vous dans Vampire Diairies ? 

A. Damon

B. Stefan

C. Tyler

D. Jeremy

Ben quoi ? Vous vous attendiez surement à quelque chose de plus important. Mais ça fait du bien parfois juste de mater des beaux gosses et de se détendre, non ?

L'extrait qui fait envie

Fruits Basket, Tome 15

Saki dans le rôle de Cendrillon et Yuki dans le rôle de la marraine la fée :

Yuki : Bon tu dois rependre courage… Ma gentille Cendrillon, car ce soir je vais réaliser tous tes vœux.

Saki : Ah cool ! Je voudrais qu’il y ait un incendie au château pour le réduire en cendres !

Yuki : C’est un crime, il va falloir faire un vœu plus soft et plus gentil…

Le « A peu près Cendrillon » de Fruits Basket était juste hilarant ! Avec Kyo en prince énervé qui cri sur tout le monde et qui ne veut surtout pas de Cendrillon !

Fruits Basket, Tome 16

La magnifique histoire d’amour entre le père et la mère de Tohru.

« Tu as pleuré en disant que tu te sentais seule, et je t’ai trouvé infiniment humaine. Alors… Je suis tout simplement tombé amoureux de toi ».

Date : 24/09/2011

Un million et demi de repas en moins

(20 minutes, édition de Montpellier)

« Les associations montpelliéraines d’entraide et de solidarité s’inquiètent. Les bénévoles paniquent après l’annonce de la possible suppression du programme européen d’aide aux démunis. »

C’est encore les pauvres et les sans-abris qui payent pour les conneries de l’Etat ! Je pense qu’en payant un peu moins tous ces politiciens véreux on pourrait largement faire des économies. Mais évidemment, ils ne le feront jamais. Jusqu’où iront-ils ?

Bientôt le retour de Robin des bois ? Volons aux riches pour donner aux pauvres !


Date : 22/09/2011

Pretending (Glee)


{Faire Semblant} 

Face à face et coeur à coeur
Nous sommes si proche et pourtant si loin
Je ferme les yeux je détourne le regard
C'est juste parce que je ne suis pas d'accord
Mais je tiens bon, je reste forte
On se demande si nous nous appartenons encore

Pourrons-nous jamais dire les mots que nous ressentons
Tendre la main en dessous et abattre tous les murs
Aurons-nous jamais notre fin heureuse?
Ou n’allons-nous toujours que faire semblant?
Aurons-nous toujours, toujours, toujours à faire semblant

Combien de temps puis-je rêver
Faire croire que c’est encore bien présent
Imaginez que je suis assez bien
Et nous pouvons choisir ceux que nous aimons
Mais je tiens bon, je reste forte
On se demande si nous nous appartenons encore,

Préserver les secrets en sécurité
Tous les mouvements que nous faisons
Faire en sorte de ne pas les lâcher
Et c'est une honte
Parce que si tu ressens la même chose
Comment suis-je supposé le savoir ?


Date : 22/09/2011

Numéro quatre

Résumé : Trois sont déjà morts. Qui sera le quatrième ? Un adolescent extraordinaire, John Smith, fuit devant des ennemis prêts à tout pour le détruire. Changeant perpétuellement d’identité, ne restant jamais longtemps dans la même ville, il est accompagné par Henri, qui veille sur lui. Partout où il va, John est le nouveau venu, celui qui n’a aucun passé. Dans la petite ville de l’Ohio où il s’est installé, il va vivre des événements inattendus qui vont changer sa vie. De son premier amour à la découverte de ses incroyables aptitudes, il va aussi se lier à des personnes qui partagent son fascinant destin… 

Mon avis : Après les vampires boules à facettes avec Twilight, voilà les beaux gosses extraterrestres qui ont des lampe- torche à la place des mains… Bon, plus sérieusement, je serais curieuse de lire le livre dont est tiré ce film, en espérant que l’histoire soit un peu plus profonde et plus intéressante. Pour le coup, la seule chose qui m’ait réellement touché fut l’histoire d’amour entre le héro et la belle blonde lycéenne, anciennement populaire, rebelle qui prend tout le monde en photo. Les méchants sont totalement ridicules, de part leurs comportements ainsi que leurs costumes. Je suis un peu exaspérée car c’est mon meilleur ami qui m’a proposé de regarder ce film avec lui en pensant que j’en serais fan vu mes goûts cinématographiques habituels. Alors je veux préciser que j’ai beau être bon public, il ne faut pas exagérer !

Ma scène préférée : Celles avec le chien. Trop chou ! Ce sont les seules scènes un tant soit peu drôles du film et au moins le toutou, lui, joue bien son rôle ! A bon entendeur…

Date : 21/09/2011

Comment éviter les queues monstres à Inno ?

Les caisses sont blindées de monde et la caisse nature (caisse où ne peuvent aller que les clients qui ont déjà des sacs sur eux) n’est encore une fois pas ouverte.

Maman : Mais ce n’est pas vrai ! Ça m’énerve ! Ce serait une bonne raison pour ne pas revenir ! Elle n’est jamais ouverte cette caisse.

La caissière en chef l’entend et discute avec une autre à l’accueil.

Maman : Mais viens bosser au lieu de papoter.

Et là, miracle, elle vient ouvrir la caisse.

Moi : Trop forte maman !


Date : 21/09/2011

Vampire Diaries Saison 3 (1er épisode)

Oh my godness Damon est encore plus sexy que dans les autres saisons ! (si si, je vous jure, c’est possible !)

On sent une tension sexuelle vraiment palpable entre Caroline et Tyler et on attend qu’une seule chose : Mais qu’ils se sautent dessus !!!

Bon, à la fin, Elena est encore et toujours amoureuse de son cher Stefan. Mais bordel elle est aveugle ou quoi ? Même en bad boy ton Stefan ne fait pas le poids contre Damon !


Date : 21/09/2011

Légère ressemblance

Une bloggeuse a eu apparemment la même idée que moi, le même jour, une heure plus tard…

"J'aime...

Quand tu me regardes dans les yeux, comme si tu pouvais me déshabiller et savoir tout ce que je pense.

Quand tu me regardes dans les yeux, et que tu as compris ce à quoi je pensais.

Quand tu as ce petit sourire, qui veut dire que tu es en train de te dire que tu m'aimes. Et je te demandes toujours pourquoi tu souris comme ça, simplement pour que tu me dises que tu m'aimes.

Quand tu prends ma main pour l'embrasser.

Quand tu agrippes mon tee-shirt, pour que je t'embrasse.

Quand tu vois que je ne vais pas bien et que ton front se soulève car tu te fais du souci pour moi et tu te demandes ce qui ne va pas.

Lorsque tu me caresses les mains, le dos, le cou, toutes les parties de mon corps, pour les apprendre par coeur.

Quand tu fais semblant de m'embrasser les lèvres et en fait, tu m'embrasses le nez.

Quand tu me prends la main dans la rue.

Quand tu me caresses la cuisse sans y penser comme si c'était un geste naturel que tu feras toute ta vie.

Quand j'entends la porte s'ouvrir et que je sais que c'est toi que je vais voir.

Quand je t'entends rire et que je voudrais que ce son ne s'arrête jamais.

Quand tu me rends heureuse par ta simple présence.

Quand tu as envie de moi, et que tu me caresses longtemps...

Quand je lis dans tes yeux ta peur que je m'en aille alors que c'est moi qui ai cette peur.

Quand je m'endors dans tes bras.

Quand je suis dans tes bras et que je te regarde, je profite de chaque instant passer à tes côtés.

Quand tu me dis que tu as peur de me faire du mal alors que tu ne me fais que du bien.

Quand tu me poses la question "Tu m'aimes ?" et que j'ai toujours envie de te le crier !

Quand je pose ma tête sur tes cuisses quand on est devant la télé, et que tu me caresses le visage et les cheveux pendant tout le long du film.

Que tu m'aimes.

T'AIMER !"

Pour lire mon texte original c’est par Ici

Voici les commentaires de mes deux compatriotes qui me soutiennent à fond ! Merci les filles !

Yukarie : C'est un très joli texte mais il ressemble fortement a celui d'un autre blog,(éphémère):

Joyce : Hey! bien ou bien le plagiat? T'as pas honte de reconnaître publiquement que ta créativité est à l'état larvaire? Non seulement tu piques un texte mais en plus tu le réadaptes à ta sauce caca en espérant que ça se voie pas...
Du coup non seulement c'est flagrant, mais en plus tu réussis à niquer un texte qui était pourtant bien sympa à la base. Ces personnes qui mentent à leurs lecteurs pour s'approprier le travail des autres, je leur piétine la gueule.

Cordialement,
Joyce.

Mouahaha, Joyce, t’es trop géniale !

Date 21/09/2011

Comment se faire draguer ? En allant acheter des cigarettes

Au tabac du centre commercial 

La vendeuse : Excusez-moi Messieurs, pourriez-vous vous décaler ?

L’homme était dans la lune. J’attendais juste derrière lui.

- Pardonnez-moi, je suis complètement troublé par la demoiselle, je me pousse.

Rire hilare de la vendeuse et moi, je ne sais plus où me mettre !


Date : 21/09/2011


samedi 24 septembre 2011

Les conseillers de Pôle Emploi

Soirée chez Xoxo

Nous parlons de mon rendez-vous chez pôle emploi qui aura lieu le lendemain.

Xoxo : Ils ne sont pas du tout qualifiés comme conseillers. Ils tapent avec un doigt sur le clavier de l’ordinateur et mettent dix plombes à écrire un paragraphe !

Moi : La dernière fois que j’y suis allé, le document que m’a donné la conseillère était bourré de fautes. Elle avait écrit Marketing, Marquetingue. La conseillère m’a explique c’était le mot en français. Heu, non, c’est mercatique en français ! Au secours !

Xoxo : Nous on n’a pas de boulot mais on devrait prendre le leur on se débrouillerait cent fois mieux qu’elles, et en fournissant beaucoup moins d’efforts…

Sosso arrive au cours de la soirée. Elle est triste, elle a envoyé un texto à Bob et n’a pas de réponse. Il ne lui a pas dit quand ils se reverraient. Elle a ronflé la dernière nuit à cause d’un mauvais rhume, elle a peur qu’il lui en veuille.

Moi : Franchement, s’il il t’en veut juste pour ça, c’est que c’est vraiment un connard !

J’ai appris au cours de la soirée que le guitariste du groupe de musique du copain à Xoxo, que j’ai toujours trouvé charmant, était gay.Il n’ose pas encore l’avouer à son entourage. Ça ne m’étonne pas, je suis souvent attirée par des gays ou des bis (Angel).

Sur le chemin du retour avec Sosso (car on habite toutes les deux dans le centre ville) on s’avoue qu’on s’aime beaucoup, qu’on a la même forme de gentillesse et de naïveté.


Date : 20/09/2011

Marcher avec la musique

En marchant vers chez Xoxo, qui habite à trente minutes à pieds de chez moi, pour la soirée, j’ai mis mes converses et décidé de ne pas prendre le tram. J’adore la marche rapide avec la musique dans mes oreilles. J’ai cette impression de liberté et des idées plein la tête. Mon imagination s’envole, je revis.

Date : 20/09/2011

Set fire to the rain (Adele)




Mettre le feu à la pluie

J'ai laissé mon coeur tomber,
Et alors qu'il était tombé, tu t'es levé pour le réclamer
Il faisait sombre et c'en était fini de moi
Jusqu'à ce que tu m'embrasses sur les lèvres et me sauve

Mes mains sont fortes
Mais mes genoux étaient bien trop faibles
Pour que je puisse me tenir droite dans tes bras
Sans tomber à tes pieds

Mais il y a un côté chez toi
Que je n'ai jamais connu, jamais connu.
Toutes les choses que tu as dites
Elles n'ont jamais été vraies, jamais,
Et dans les jeux auxquels tu joues
Ce sera toujours toi le gagnant, toujours toi.

Mais j'ai mis le feu à la pluie,
Je l'ai regardée tomber tout en te touchant le visage,
Et elle me brûlait tandis que je pleurais
Car je l'ai entendue crier ton nom, ton nom!

Quand je suis allongée avec toi
Je pourrais rester là
Fermer les yeux
Sentir que tu es là pour toujours
Toi et moi, ensemble,
Il n'y a rien de mieux

J'ai mis le feu à la pluie
Et je nous ai jetés au feu
J'ai alors eu le sentiment que quelque chose était mort
Car je savais que c'était la dernière fois, la dernière fois!

Parfois je me réveille près de la porte,
Ce coeur que tu as pris doit sûrement être en train de t'attendre
Même alors que c'est déjà fini entre nous
Je ne peux pas m'empêcher de te chercher.

J'ai mis le feu à la pluie
Et je nous ai jetés au feu
J'ai alors eu le sentiment que quelque chose était mort
Car je savais que c'était la dernière fois
La dernière fois, oh, oh!

Laisse brûler

Cette chanson me fait penser à Angel, à notre relation, à ses mensonges qui me tuent, à son amour qui m’emplit de joie, à son amitié dont je ne peux me passer.

Tu es la personne qui me connait le mieux, mais toi, tu me mens. Tu dis que je suis la personne la plus proche de toi mais comment te faire confiance en sachant que tu me mens si bien ? Quand parfois tu m’as juré, les yeux dans les yeux que tu ne mentais pas, alors que c’était le cas. Comment savoir si tu n’es pas juste éphémère, si tout cela n’est qu’une brindille qui brûlera quand, un jour, je connaitrais la vérité… Comment peux-tu être aussi merveilleux et aussi mauvais à la fois ?

Mon ange des ténèbres, si tu savais comme je t’aime. Peut-être suis-je encore la seule part de lumière dans ta vie, la dernière lueur d’espoir dans ton monde chaotique. Peut-être crois-tu que le jour où je saurais la vérité, je t’abandonnerais… Moi qui t’ai juré, un jour, il y a si longtemps, que je serais là, pour toujours, come what may…


Date : 20/09/2011

Renesmée CULLEN




La fille de Bella et Edward CULLEN

Mackenzie Foy




Date : 20/09/2011

La météo de Solweig

Invité Daniel Cohn-Bendit

Solweig : J’ai réalisé que si les politiciens étaient des chaînes de télévisions, DSK serait évidemment XXL mais uniquement parce que c’est un poids lourd de la politique. Ségolène Royal quant à elle serait Canal +. Elle est souvent cryptée, pas très claire et surtout reconnue pour son cinéma. Vous, Monsieur Cohn-Bendit, Vous seriez Arte.

Daniel Cohn-Bendit : …

Solweig : Vous savez cette chaine franco-allemande, culturelle, à laquelle personne ne prête attention. Ni les français, ni les allemands. C’est dommage quand même !

Bim dans ta gueule !

Qui est Daniel Cohn-Bendit ?

C’est un homme politique de nationalité allemande, principalement implanté politiquement et médiatiquement en France et en Allemagne. Favorable à la mise en place d'une Europe Fédérale, il a fait l'essentiel de sa carrière politique au sein des institutions de l’Union Européenne, comme député européen et coprésident du groupe Verts/ALE au Parlement européen depuis.

S'il fut dans sa jeunesse engagé à l’extrême-gauche et l'un des principaux acteurs du mouvement étudiant au mois de mai 68 en France, Daniel Cohn-Bendit est aujourd'hui favorable au capitalisme et à « une écologie qui prenne acte de l'économie de marché pour mieux la réguler ».


Date : 19/09/2011

C’est lundi, que lisez-vous ?

"C’est Lundi, que lisez-vous?" est un rendez-vous hebdomadaire qui a été instauré par Mallou (sur la blogosphère francophone) et depuis repris par Galleane.

Je suis toujours sur Dracula de Bram STOKER. Je pensais au départ ne pas apprécié le fait que ce soit écrit sous forme de journal mais finalement la lecture est fluide.

Je n’en suis qu’au début donc je ne peux pas vraiment me prononcer mais l’action commence enfin à se montrer et je sens que dans les prochains chapitres je ne vais vraiment pas m’ennuyer. A suivre…


Date : 19/09/2011

L’extrait qui fait envie


« Ces sentiments pourtant firent bientôt place à la répulsion et à la frayeur quand je vis le comte sortir lentement par la fenêtre et se mettre à ramper, la tête la première, contre le mur du château. »

Dracula, Bram STOKER


Date : 19/09/2011

DSK au JT de 20h

Un sentiment de mal être quand je vois cet homme, à la télévision, traité avec le plus grand respect, alors que ce n’est qu’un monstre. Je ne comprends pas qu’il ait osé se montrer comme cela devant les français. Il aurait mieux valu qu’il se fasse oublier, il nous a déjà fait bien assez honte !

Cela me fait peur. Quand il parle j’ai vraiment l’impression qu’il dit vrai, qu’il n’est pas coupable, sauf d’une faiblesse, mais pas coupable de violence, de tout ce dont on l’accuse. Comment une personne peut-elle aussi bien mentir, sachant qu’il est regardé par énormément de gens, de téléspectateurs ?

Je pense alors à mon cousin, au jour où je lui ai rappelé ce qu’il m’a fait quand j’étais petite. Je pense à son regard, à sa voix. Il était désolé, il avait l’air mal, il semblait complètement perdue, il semblait souffrir.

J’ai éprouvé de la pitié pour ses deux monstres que sont DSK et mon cousin, alors je me sens mal car je ne devrais pas…

Date : 19/09/2011

Never let me go

Résumé : Depuis l'enfance, Kathy, Ruth et Tommy sont les pensionnaires d'une école en apparence idyllique, une institution coupée du monde où seuls comptent leur éducation et leur bien-être. Devenus jeunes adultes, leur vie bascule : ils découvrent un inquiétant secret qui va bouleverser jusqu'à leurs amours, leur amitié, leur perception de tout ce qu'ils ont vécu jusqu'à présent.

Mon avis : Outre le triangle amoureux qui n’est pas forcément le thème principal de ce film, la question « que ferons-nous du temps qu’il nous est imparti avant notre mort ? » est posée clairement. Les protagonistes ne luttent pas vraiment pour leur survie, ils ne connaissent que ce mode de fonctionnement. Ils savent qu’ils vont mourir en donnant leurs organes au fur et à mesure mais ne se rebellent pas. Pour eux, leur vie est ainsi faite. Je crois bien que c’est cela le pire, l’acceptation de ce destin si tragique. On déteste Ruth (jouée par Keira Knightley) puisqu’à cause d’elle, l’amour de Kathy et Tommy ne pourra être réellement dévoilé que trop tard. Puis, on éprouve de la pitié pour ce personnage qui, finalement, se retrouve seule face à la brutalité et sa douloureuse existence. Ce film est triste, mais terriblement beau et esthétique. Au premier coup d’œil on ne remarque pas qu’il y a un peu de SF dans l’histoire mais ce n’est pas cela le sujet principal. C’est juste un décor autour d’une dramatique et émouvante histoire d’amour.

Ma scène préférée : Lorsque les deux héros comprennent qu’ils ne pourront pas reculer le jour de leur donation et qu’ils n’ont donc plus beaucoup de temps pour profiter de leur amour. Tommy, de nature parfois colérique, sort de la voiture en pleine campagne pour hurler sa rage et son désespoir. L’acteur joue vraiment très bien le rôle, on se sent vraiment très mal pour eux, on aimerait qu’ils trouvent une solution mais malheureusement, dans leur monde, elle n’existe pas.


Date : 18/09/2011

vendredi 23 septembre 2011

L'extrait qui fait envie




« Je n’en doutais plus à présent, il y avait comme une créature longue et noire penchée vers mon amie. Je criai aussitôt : Lucy ! Lucy ! Et je vis se relever une tête en même temps que j’apercevais un visage blême dont les yeux flamboyaient. »

Dracula, Bram STOKER

Ségolène Royal aime-t-elle se faire mousser ? (Le petit Journal)

Clermond-Ferrand, pendant une séance de dédicace de son livre : 

Yan Barthez : Nous nous posons une question, Ségolène Royal aime-t-elle se faire mousser ?

Ségolène Royal : Oui, qu’est-ce que j’entends, là-bas ? Oui, on peut le dire plus fort !

Des personnes dans l’assistance : Segolène, Présidente ! Ségolène, Présidente !

Ségolène Royal : Ah bah voilàààà !

Yann Barthès : Réponse. Oui, elle aime se faire mousser !

Qui est Ségolène Royal ?

Ancienne conseillère du président François Mitterrand, députée des Deux-Sèvres, ministre des gouvernements Pierre Bérégovoy  et Lionel Jospin, elle est actuellement présidente du conseil régional de Poitou-Charente et vice-présidente de l'Internationale Socialiste.

Elle est la première femme à avoir accédé au  second tour d'une élection présidentielle française, qu'elle a perdu face à Nicolas Sarkozy, le 6 mai 2007, avec 46,94 % des suffrages exprimés. Elle est candidate à la primaire socialiste en vue de l'élection présidentielle de 2012.

L’heure avait sonné (Joyce Jonathan)


J'ai laissé sonner une heure pensant que mon heure avait sonné
J'ai laissé tous les bonheurs, pendant ce temps-là tu m'oubliais
J'ai laissé sonner une heure pensant que mon heure avait sonné
Moi je t'attendais dehors, pendant ce temps tu m'oubliais

C'est fou ce qu'on peut être con
L'amour rend parfois trop con
Parfois trop...
On chasse ce qu'il y a de pire
Pour croire et pour s'épanouir
Parfois trop...

A ta porte je me revois
Les fleurs à la main, je l'aperçois
Une autre que moi

Je repense à ce dimanche matin là… Avec Salope.

Je l’ai vu devant moi, il ne disait rien, son regard était vide. Alors j’eu l’impression que mon cœur avait disparu. J’étais en train de mourir sur place. Il ne m’avait jamais aimé, toutes ces années n’étaient que des mensonges. Angel…

Je voulais le frapper, l’embrasser, le supplier, lui demander pourquoi ? Je pensais qu’un jour si cela m’arrivait, je frapperais l’homme qui m’aurait fait ça. Mais je l’aimais trop, je n’ai pu que lui crier dessus, lui cracher aux visages des insultes cinglantes, des mensonges éhontés.

Il ne parlait toujours pas, m’écoutait déblatérer toutes mes conneries, les épaules affaissées. Son silence et ses yeux ne quittant pas les miens étaient pires que tout.


Date : 16/09/2011