jeudi 23 mars 2017

La Belle et la Bête


Synopsis : Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S'étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui la jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d'amour pour elle, mais victime d'une terrible malédiction.

Réalisateur : Bill Condon (Twilight IV et V ; Dreamgirls). [Si j'avais su quel réalisateur s'en était occupé. J'aurai eu un peu plus peur je pense...]

Les acteurs / Les personnages principaux :


Emma Watson
(Alias Belle, qui joue très bien son rôle, même si elle ne ressemble pas à celle du dessin animé !)
Vue dans Harry Potter
Qu'est-ce que je l'adore cette Miss Je-Sais-Tout <3

Dan Stevens
(alias La Bête, qui n'est pas aussi effrayant que celui du dessin animé. Pas assez de crocs !! )
Vu dans Raison et sentiments
Ce cher Edward Ferrars <3 L'homme idéal. Simple et romantique.

Luke Evans
(Alias Gaston, et ce rôle lui va comme un gant ! Même si cela lui enlève de sa superbe)
Vue dans Dracula Untold
Je le préfère dans ce genre de rôle :p

Ewan McGregor
(Alias Lumière, dont je n'aime pas l'esthétique)
Vu dans Moulin Rouge
Lui, je l'épouse DIRECT !

Il y a encore beaucoup d'autres acteurs très connus, notamment ceux qui jouent les personnages enchantés du château : Emma Thompson (Mme Samovar), Ian McKellen (Big Ben), Stanley Tucci (Candeza le clavecin).

Le film :

La Belle et la Bête est un conte de fée qui a bercé mon enfance. J'ai vu la version de Cocteau, celle de Disney (qui fait parti de mon top 3 des plus beaux dessins animés de l'univers intergalactique, oui oui :p), plus récemment le film français avec Vincent Cassel). Je connais même le fameux syndrôme de stockholm qui est implicitement exprimé dans le conte. Bref, cette histoire, c'est l'histoiiiiire de ma viiiiiiiiie (mdr, ahem).



Tout ça pour dire, que je l'attendais avec une impatience proche de l'apoplexie ce film. En plus, avec certains de mes acteurs préférés (Notamment Emma Watson et Ewan McGregor), c'était franchement noël ! Je l'ai donc visionné le soir de sa sortie (s'ils l'avaient mis en avant première dans mon cinéma, j'y serais allée avant !).
Du coup, ça partait forcément bien, surtout qu'aux vues des bandes annonces et extraits, on voyait bien que ce nouveau film allait être un quasi copié-collé du dessiné animé Disney. Donc ça allait forcément être une réussite... Oui mais peut-etre un chouilla trop copié-collé peut-être ?

Je vous explique, je suis embêtée. J'ai adoré ce film. Parce que c'est La Belle et la Bête, parce que Emma Watson est sublime, parce que visuellement c'est magnifique, parce que c'était drôle, magique, etc, etc,... Oui... Mais ! Parce que je ne peux m'empêcher de mettre plusieurs "Mais".

Il y a beaucoup de chansons, mais quand je dis "beaucoup", c'est BEAUCOUP. Dans le dessin animé, ça ne me dérangeait pas. Parce que c'est un Disney, et parce que j'étais petite fille. Mais là, c'est un film, et sincèrement, j'aurai peut-être préféré moins de chansons et plus de vrais dialogues. Les chansons sont plutôt très enfantines, et du coup, il y a eu pas mal de moments... Niais. Et oui, ça me fait mal de dire cela, mais j'ai trouvé ça un peu trop enfantin par moment.
Le film Disney Cendrillon sortit il y a deux ans était aussi un peu niais, forcément. Mais il n'y avait pas toutes ces chansons. Du coup, j'ai plus réussi à entrer dedans (alors que pourtant Cendrillon n'est clairement pas mon dessin animé Disney préféré !!).
Dans La Belle et la Bête, toutes les excuses sont bonnes pour chanter, comme pour le dessin animé, oui mais voilà, pour le coup, malgré les effets spéciaux, et bien je peux d'hors et déjà vous dire que je préfère les chansons du dessin animé. Parce que j'ai grandis avec, alors forcément, madeleine de Proust, je préfère les vieilles chansons.
Bon, je pense malgré tout que cela passerait mieux en VOSTFR. Parce que cela cela faisait un peu faux quand les acteurs chantaient avec leurs lèvres qui ne bougeaient pas au même rythme que les paroles françaises. ça m'a dérangé.

Et puis, certains traits sont vraiment grossiers. Je veux dire, Gaston est franchement ridicule et antipathique, mais vraimen trop. Cela sonne un peu faux. J'aurai voulu plus de subtilités dans tout cela.


Même les fameux domestiques m'ont un peu déçus. Je leur trouvais un côté très humain dans le dessin animé que je n'ai pas retrouvé dans ce film. Ils sont moins beaux à regarder... Je ne sais pas comment expliquer...



Même la fameuse scène de fin avec le "Belle, c'est moi" "Oui, c'est toi". Sincèrement, j'adore l'acteur qui interprète la Bête, mais vraiment, c'était NIAIS.
Alors soit je suis complètement aigrie, soit je n'arrive pas à m'enlever la version dessin animé de la tête, soit clairement j'ai un souci.

Bon, je suis très dure avec ce film, mais j'ai quand même adoré ! Et nul doute que je me le prendrais en DVD pour pouvoir le voir en VOSTFR.



Donc oui, Emma Watson était somptueuse, oui c'est magique et on a pas envie que le film se termine, oui ça fait rêver. Oui il y a eu des rajouts par rapport au dessin animé qui font qu'on entre un peu plus dans le passé des deux héros, des domestiques, et même du village de Belle. MAIS !

Je ne peux enlever ce MAIS.


Conclusion : 

[16/20]

Enchanteur, très (trop ?) musical, beau, magique, touchant. Mon âme de petite fille a adoré. Oui, mais... MAIS c'était aussi un peu niais, et soit trop proche, soit pas assez du dessin animé de 1995. Je pense que je l'apprécierais plus en VOSTFR. 


mercredi 22 mars 2017

Le Printemps du cinéma 2017



Hello hello !
J'ai décidé cette année de profiter à fond du printemps du cinéma ! Parce qu'à 4 € la place, franchement, faut pas se priver ^_^
J'avais même dans l'idée de me faire trois films d'affilés le dimanche mais, malheureusement, vu les migraines que j'ai en ce moment, il fallait aussi que je sois un peu sérieuse.
Donc dimanche je suis aller voir Les femmes de l'ombre et Kong Skull Island (pas le même registre !).
Puis lundi soir, ce fut au tour de Logan, durant lequel j'étais assise sur des sièges qui se sont mis à bouger vers la fin du film alors que ce n'était pas prévu (et c'était un peu flippant sur le moment je dois dire ahah).
Puis pour finir, mardi soir j'ai emmené ma maman pour visionner De plus belle.

Je les ai tous adoré, et j'ai voulu faire un petit résumé de mes ressentis pour chacun ^_^
Je me suis régalée à faire ce petit marathon cinématographique et nul doute que je recommencerais l'année prochaine :)



Pourquoi faut-il voir ce film ? Déjà, parce qu'il y a Kevin Costner !!
ROBIIIIIIIIN !
Ahem, oui, j'étais amoureuse de Kevin Costner en Robin des Bois, ET. ALORS ?
Bon, plus sérieusement, il FAUT voir ce film parce qu'il nous montre qu'il n'y a pas encore si longtemps, les noirs avaient des toilettes à part, des écoles à part, devaient s'assoir au fond du bus, et ne pouvaient même pas utiliser la même fucking cafetière que les blancs ! Oui, c'était comme ça, et nous étions pourtant dans les "années 60" !!!!!
Donc voilà, ce film rend hommage aux femmes noires qui ont travaillé dans l'ombre pour la Nasa, qui se sont battues et qui méritent largement d'être reconnues aujourd'hui.
Certaines scènes m'ont franchement mis les poils (notamment quand notre Kevin Costner détruit le panneau "Toilettes pour personnes de couleurs". "A la Nasa, qu'on soit noir ou blanc, on pisse tous de la même couleur !". Ouaaaaaaaai vas-y mon Robin !!!
(Non sérieux je suis lourde, je sais...).
Les trois actrices principales sont très touchantes, mais celle qui joue l'héroïne du film m'a sembé légèrement fade par rapport aux deux autres, c'est peut-être le seul point négatif du film, avec aussi sa pseudo petite amourette durant laquelle on a droit à quelques scènes bien gênantes. Mais on leur pardonne !

Conclusion :
[16/20]
J'ai ragé face aux injustices que vivent ces femmes, j'ai eu la chair de poule grâce à la musique et à certains passages très forts. C'est un beau film historique qui nous fait encore et toujours comprendre que, malgré ce qu'on croit, cela ne fait pas si longtemps que les choses ont commencé à changer, et il reste tant de chemin à parcourir... Croyons en nos combats pour des jours plus lumineux !


Alors alors, si vous cherchez un scénario recherché et un jeu d'acteur incroyable, passez votre chemin, c'est clair ! Par contre, si vous recherchez du grand spectacle, des monstres gigantesques et un King Kong puissant et touchant : Là vous allez être contents !
Je ne sais pas d'où cela me vient, mais j'ai toujours eu une grande tendresse pour King Kong ^^ Il est seul et incompris, du coup je verse toujours une petite larme, dans n'importe quelle version (et oui, et non je n'ai pas honte !). 
Sinon, visuellement c'est époustoufflant, les combats entre les divers monstres sont incroyables, et les petits humains qui se trouvent en dessous ne font évidemment pas le poids. Vous regroupez Jurassic Park et King Kong et vous avez Kong Skull Island
Par contre, voilà, niveau acteurs, là ça se gâte. Tom Hiddleston est toujours aussi beaugosse, mais franchement quand on a à peine deux égratignures après tout ce qu'il vit, ça fait pas super réel... Je ne parlerais même pas du brushing de Brie Larson qui est clairement là pour montrer sa poitrine (très jolie, de surcroit, mais ce n'est pas le sujet ! Mdr)

Conclusion :
[17/20]
Beaucoup de clichés et d'incohérences (les militaires n'ont franchement pas de cerveau et le brushing de la demoiselle en détresse ne bouge pas de toute l'aventure malgré un accident d'hélico, le feu et l'eau. Je veux le nom de son coiffeur !)
Mais sinon, visuellement qu'est-ce que c'est beau ! C'est bien filmé, on s'ennuie pas une seconde. King Kong m'a encore une fois beaucoup touché. Bref, j'ai adoré !


A la base, je ne voulais pas voir ce film, ou en tout cas pas au cinéma. Déjà, parce que les X-men, avant, j'adorais, mais aujourd'hui... Je commence à me lasser... Et puis, on m'avait dit qu'il était long et que Wolverine n'était plus ce qu'il était...
Et puis, j'ai vu la bande annonce, j'ai entendu la bande originale, et j'ai su qu'il fallait que j'aille voir de plus près : J'ai eu raison !
Wolverine est en effet encore plus torturé que jamais, mais surtout, il est malade. Charles-Xavier est devenu sénile et doit être caché car recherché comme arme de destruction massive, mais en plus on apprend qu'il n'y a plus eu de naissance d'enfants mutants depuis plus de 20 ans. Alors là, j'étais dans mon élément ! Un X-men avec de la dystopie, un Wolverine qui est encore plus en colère que d'habitude, qui a du mal à guérir et qui picole. Oui, ça fait moins rêver, mais il en devient encore plus touchant. Sans parler des dialogues ! J'ai plusieurs fois ris aux éclats avec certaines punchline entre Charles-Xavier et Logan, ou alors avec les réactions de Logan face à la fillette qu'il va tenter de protéger (contre son grès, évidemment).

Conclusion : 
[17/20]
Des X-Men comme vous ne lez avez jamais vu ! Sanglant, violent, drôle. Un petit air de Mad Max par ci, du Charles-Xavier gâteux par là, puis du Logan qui part en décomposition. Une enfant hyper attachante et surtout hyper dangereuse : J'ai surkiffé !!! Il y a peut-etre juste la fin que j'ai trouvé un peu en dessous.



Je suis déjà fan de base de Florence Foresti, mais j'attendais LE rôle qui allait la montrer sous un autre angle. Et ce film est arrivé ^^
Elle joue une femme perdue, inquiète, mal dans sa peau, qui cherche à retrouver un peu de féminité après son cancer du sein.
Il faut savoir que j'ai été voir ce film avec ma mère, et que nous sommes toutes les deux sorties de la salle en pleurs. Il n'y a pas que le cancer qui nous a touché de près, il y aussi tous les autres thèmes de ce film. Le manque d'estime de soi, le désir d'être aimé par son ou ses parents, les liens familiaux entre frères et soeurs, mère et fille, etc,... 
Plusieurs scènes très fortes me resteront longtemps en tête, notamment une où Florence Foresti danse quasi nue dans la serre où elle travaille. C'est sensuel, c'est touchant, c'est déchirant.
Bref, un rôle qui révèle Foresti, qui n'est pas que drôle, elle est surtout terriblement belle et terriblement femme.
(Mention spéciale pour Mathieu Kassovitz qui m'a franchement fait rire et... Qui est vraiment vraiment très charmant !)

Conclusion
[18/20]
J'ai beaucoup pleuré parce que les sujets abordés me touchent de près, et j'ai beaucoup ris, parce que c'est aussi un film qui fait du bien. Foresti est à la fois drôle et bouleversante, comme ce film. Un vrai bijou qui nous donne envie, une bonne fois pour toutes, d'être femmes et de nous aimer <3

lundi 20 mars 2017

Cette semaine : J'ai Lu, J'ai Vu, ...




J'ai Lu

Les derniers jours de Rabbit Hayes - A. McPartlin
[17/20]
C'est une histoire d'une fin, et puis d'un début. C'est une histoire triste, mais aussi joyeuse. C'est une histoire tragique, mais également pleine d'espoir. Cette histoire, c'est celle de Rabbit Hayes, mais aussi et surtout celle de toutes les personnes qu'elle aime. J'ai ris, beaucoup. J'ai aimé, énormément.

"- On peut partir, maintenant ?
- Tu plaisantes ? lui répondit-il tout bas.

- Combien faut-il d'Irlandais pour changer une ampoule ? Un pour tenir l'ampoule, et ving pour boire jusqu'à ce que la salle tourne. ça, c'est une blague. "On peut partir, maintenant ?", c'est une demande."

"- Comment va grand-mère ?
- Elle est furax.
- C'es bon signe."

"- Et vous, Rabbit ? Vous aussi, vous êtes du genre à respecter les règles ?
- Parfois, répondit Rabbit avec un sourire... et d'autres fois, il faut les inventer en chemin."

"Dans ma tête, on vivra heureux pour toujours au pays des fées. [...] Et dans la tienne, ce sont ces moments-ci, ici et maintenant, qui dureront à jamais."


A fleur de peau, tome 16 - A. George
[14/20]
C'est fouillis, on ne sait pas toujours qui parle et ce qu'il se passe réellement. Mais cette histoire d'amour violente et poétique me plait. J'ai hâte d'avoir la conclusion !



Les Mondes de Thorgal : Louve, tome 6 - Yann ; R. Surzhenko
[17/20]
Big suspense pour ce tome qui entremêle plusieurs anciennes aventures de Thorgal : Je suis fan



La Quête d'Ewilan, tome 4 - Lylian ; L. Baldetti ; P. Bottero
[17/20]
Au niveau de l'histoire j'ai été moins passionnée que les autres tomes, mais alors les dessins, c'est une pure merveille, un véritable enchantement et dépaysement





Seuls, tome 10 - B. Gazzotti ; F. Vehlmann
[16/20]
Un tome qui se termine en beauté. J'ai adoré et cela me donne encore plus envie de connaître la suite !!



En cours de lecture

"Vous tous qui m'écoutez... Avez-vous remarqué les cicatrices que vous laissez derrière vous ?
Non. ça m'étonnerait.
Parce que la plupart des cicatrices ne se voient pas à l'oeil nu."

"Quand une chanson vous fait pleurer, mais que vous n'avez plus envie de pleurer, vous cessez de l'écouter. 
Mais échapper à soi-même, c'est impossible. On ne peut pas décider de ne plus se voir. De couper le son à l'intérieur de sa tête."

"- Dévoilez-vous, disaient-elles. Laissez-nous entrevoir vos replis les plus sombres et les plus intimes.
Mes replis sombres et intimes ? Vous êtes qui, ma gynécologue ?" 

"Personne ne connait vraiment la vie des autres, seulement la sienne. Et quaud on bousille une partie de la vie de quelqu'un, ça ne se limite pas à à cette partie-là. Hélas, nul n'est jamais aussi précis, aussi sélectif. Quand on boussille une partie de la vie de quelqu'un, on bousille sa vie toute entière. 
Tout... a une influence sur le reste."

"On ne peut jamais retrouver les choses telles qu'elles étaient. Telles qu'on les croyait. Nous n'avons... que le présent."


"Je suis jeune donc inexpérimentée, mais voici ce que je sais : se sentir responsable, ce n'est pas forcément être coupable, et puis il vaut mieux construire le bonheur que de regarder le bonheur."

"Tu es... extraordinaire, reprit Khalid. Tu ne cesses de me surprendre et, cependant, je n'en suis pas le moins du monde surpris... Parce que ainsi es-tu, Shazi. Infinie. D'une totale liberté d'actes et de pensées."

"Chacun de ses mots brisait davantage les remparts et les murailles dont elle s'était fortifiée le coeur [...]. La voie de la raison protestait en silence et lui soufflait de résister tandis que son coeur, cet insensé, accueillait l'intrusion et cette conquête comme un chant d'alouette saluant la victoire de l'aube.
Comme un condamné à qui grâce est faite."




[13/20]
J'adore Harrison Ford mais le film pue la propagande américaine et les effets spéciaux ont mal vieillis. ça se laisse regarder pour passer le temps.


[11/20]
Je met juste la moyenne parce que la sorcière disloquée m'a fichu la trouille, mais sinon franchement c'était moisi. Pas de scénario, on s'ennuie pendant les 3/4 du film et, encore une fois, on a pas d'explications... Navrant.


[15/20]
Au début, je ne comprenais pas trop le titre étrange de cette histoire, puis finalement je me rends compte après visionnage que la fameuse scène des beignets de tomates vertes sera sans doute celle qui me restera en tête. Car elle représente bien le film : Une amitié hors du commun. 
Par contre, j'ai un goût de trop peu, du coup je pense que le livre doit être largement mieux. 


[16/20]
J'ai ragé face aux injustices que vivent ces femmes, j'ai eu la chair de poule grâce à la musique et à certains passages très forts. C'est un beau film historique qui nous fait encore et toujours comprendre que, malgré ce qu'on croit, cela ne fait pas si longtemps que les choses ont commencé à changer, et il reste tant de chemin à parcourir... Croyons en nos combats pour des jours plus lumineux !


[17/20]
Beaucoup de clichés et d'incohérences (les militaires n'ont franchement pas de cerveau et le brushing de la demoiselle en détresse ne bouge pas de toute l'aventure malgré un accident d'hélico, le feu et l'eau. Je veux le nom de son coiffeur !)
Mais sinon, visuellement qu'est-ce que c'est beau ! C'est bien filmé, on s'ennuie pas une seconde§ King Kong m'a encore une fois beaucoup touché. Bref, j'ai adoré :)



Empruntés






Ces citations

"La politique fut d’abord l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde."
Paul Valery

"Restez l'un avec l'autre, mais pas trop près l'un de l'autre : 
Car les piliers du temple sont éloignés entre eux,
Et le chêne et le cyprès ne poussent pas dans l'ombre l'un de l'autre."
K. Gibran

"Pour toi, je n'étais qu'un chapitre... Un bon chapitre peut-être, ou même ton chapitre préféré, mais en tout cas rien de plus. Alors que pour moi, tu étais tout le livre."


"J’aime la vie, Rune. J’ai toujours aimé la vie. Je suis la fille qui se lève tôt pour voir le soleil se lever, celle qui voit le bien chez les autres, que la musique fait voyager et que l’art inspire. Celle qui brave l’orage pour voir l’arc-en-ciel. Pourquoi être triste quand on peut être heureux?"


L'affiche de l'adaptation ciné 
d'Everything Everything





Mes douleurs qui reviennent...




Tombé pour la France - Etienne Daho















Poppy et Rune sont amoureux depuis qu'ils ont cinq ans.Un jour, la grand-mère de Poppy lui offre un bocal de mille cœurs en papier où noter ses meilleurs baisers. Poppy et Rune décident alors de s'embrasser mille fois, et plus encore. Cependant, avant que le bocal soit rempli, la famille de Rune déménage à l'autre bout de la Terre, et, sans explication, Poppy coupe subitement les ponts avec le garçon qu'elle aime plus que tout.C'est seulement à son retour, deux ans plus tard, que Rune apprend la raison du long silence de Poppy : elle a un cancer et ne voulait pas que Rune souffre inutilement en apprenant la nouvelle.Mais Rune, toujours amoureux, s'est juré de rendre Poppy heureuse, même s'il ne leur reste plus que quelques mois à vivre ensemble. Et de lui donner, juste avant sa mort, son millième baiser…


À son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu, elle découvre les petits plaisirs d’une vie plus proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie !

Dieu est mort. Son corps gît dans son bureau de l'Heaven Spaceshisp Wash, un astrolavage parmi tant d'autres sur la planète Papathéa. Mais quel est le lien entre le créateur de l'univers et cette poupée synthétique conçue pour le plaisir des sens, en cavale de planète en planète ? Pourquoi semble-t-elle toujours en proie à une avalanche d'événements désastreux tels des électrons gravitant autour du noyau d'un atome ? Peut-être que la papesse sait ou pressent quelque chose. Peut-être ce secret est-il gardé par les mystérieux habitants de la ville blanche. Peut-être, tout simplement, que personne ne sait rien. Sans doute, lorsque la vérité éclatera au grand jour, sera-t-il trop tard. Pour tous.

À son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu, elle découvre les petits plaisirs d’une vie plus proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie !


Quand une fillette tente d'apprendre à un adulte les secrets du bonheur de vivre. Un conte onirique et poétique porté par un dessin remarquable.
Yulkukany, l'île aux baleiniers. Un morceau de terre battu par les embruns, majoritairement occupé par une nature sauvage et grandiose, et ponctué de masures éparses habitées par des autochtones taciturnes et méfiants. Car nombreux sont les marins que la mer n’a pas rendus à leurs foyers… Milander Dean, géologue,débarque à Yulkukany en mission de recherche. Mais Dean cherche aussi et surtout un havre de tranquillité pour passer le temps. Seul. Un temps devenu abominablement long depuis la perte d'être chers. Un temps dont il n'a finalement plus que faire… Elianor, native de l’île, est au contraire la joie de vie incarnée. Une petite fille rêveuse, sensible, adorable comme tout, à l’imagination vive et sans limites, à la bonne humeur contagieuse. Si ce n'est que pour Dean la bonne humeur est justement une maladie. Et qu'il n'a pas l'intention de se laisser contaminer…


Un prince et son compagnon de voyage découvrent une ville comme figée dans le temps. Au cours de leur progression ils trouvent tous les habitants plongés dans le sommeil. Une relecture de «La belle au bois dormant».


Un prince et son compagnon de voyage découvrent une ville comme figée dans le temps. Au cours de leur progression ils trouvent tous les habitants plongés dans le sommeil. Une relecture de «La belle au bois dormant».


Hwarang
L'histoire se situe à l'époque des Trois Royaumes, plus précisément dans le royaume de Silla, où un groupe de six jeunes hommes s'entraînent d'arrache-pied afin de devenir l'élite civile et militaire du pays (hwarang). Leur formation bien que difficile regroupe l'excellence artistique, militaire et intellectuelle.