jeudi 7 juin 2012

Ecrivain cherche place concierge

J'ai lu ce livre dans le cadre de la rencontre de notre club de lecture "Lire @ Montpellier" du mois de mai.
Je remercie également Yuka d'avoir bien voulu me prêter ce livre ^^


L'Auteur : Nicolas Ancion est un auteur belge
Le Roman : Editions Pocket ; 2010 ; 120 pages
Genre : Contemporaine


Présentation de l’Éditeur : " Victor a les cheveux noirs, comme les poils que sa mère cachait sous ses bras ; il ne porte pas de lunettes, comme le chat qu'il n'a jamais eu quand il était enfant ; il s'est mis à ronfler sur le tard, comme à jouer aux échecs et à écrire des livres. Car Victor écrit. Pas beaucoup. Juste ce qu'il faut pour n'être pas complètement chômeur. " Ecriv. ch. pl. concierge. C'est avec cette petite annonce que Victor, jeune écrivain paresseux et sans le sou, a décidé de trouver du boulot. Concierge, n'est-ce pas l'occupation idéale pour écrire au calme ? Surtout quand il s'agit simplement de garder un château, perdu au milieu de la campagne. Mais la campagne n'est plus ce qu'elle était. Bien sûr, il reste les fermes en pierre de taille, les bouses de vache, l'herbe humide sous les pieds nus. Mais il faut ajouter à cela les trajets de bus interminables, les mariages qui tournent mal, les mobylettes et les motos, les filles en tenue de tennis, et, par-dessus tout, un lapin en peluche et un ours amateur de gâteaux au chocolat. On le comprend, au milieu de tout ça, Victor n'a plus vraiment ni le temps ni l'envie d'écrire.


Mon avis :


Bon, déjà, il faut savoir qu'en général je ne suis pas vraiment attirée par ce genre de littérature contemporaine. En plus, la couverture ne m'attirait pas du tout, le résumé me laissait perplexe et ne parlons pas de la citation d'une autre auteur qui présente Nicolas Ancion comme "l'héritier" de Lewis Carroll. Je n'ai pas encore lu Alice au pays des merveilles mais elle place la barre très haut tout de même...
Une des premières choses que j'ai remarqué c'est que l'auteur s'arrête sur des petits détails qui pour moi n'ont aucune sorte d'importance, ce qui fait que mon rythme de lecture a très souvent été cassé. Exemple : "La ville sent bon l'hiver bien froid, la lumière presque blanche et les pavés durcis par le gel. Non pas que les pavés durcissent - la pierre n'espère rien du froid - mais les joints entre les pavés, ces petites rainures noires qui parcourent les rues à longueur d'années, se raidissent soudain, figés par l'humidité solidifiée."
Dans cette histoire, on découvre un écrivain qui a du mal à écrire, et qui s'intéresse beaucoup aux femme qu'il croise (malheureusement, elles le lui rendent mal).
Il décide de partir à la campagne pour faire concierge dans un château et pouvoir être au calme afin de trouver l'inspiration pour écrire. Jusque là, tout va bien. Et puis, à partir du moment où on découvre que c'est un lapin en peluche qui l'accueille, j'ai commencé à ciller. Le personnage principal, quand à lui, n'y trouve rien à redire. Pareil pour la visite d'un ours brun fan de chocolat avec qui ils ont une conversation complètement loufoque sur des pingouins et des manchots qui voudraient assouvir le monde. Bref, à partir de ce moment-là, je suis passée totalement à côté du récit.
Cela va de situations rocambolesques, en situations ridicules, sans queues ni têtes. 
On aurait parfois dit que l'auteur avait additionné des petits bouts de pensées, des petits écrits et qu'il en a fait un livre...
Les seules choses qui m'ont plu sont : Le petit passage sur la Confrérie des paradoxaux qui m'a amusé. Le gendarme voleur, le muet bègue, les historiens amnésiques, les pompiers pyromanes...
Le fait qu'avec l'auteur nous avons apparemment la même sainte horreur des mariages, fête familiale qui pue le faux bonheur.


Citations :


"L'imagination n’entraîne finalement que des déceptions."


"J'attire autant les jeunes filles qu'une exposition de marteaux ou une rétrospective sur l'évolution des cailloux depuis l'invention du gravier."


Note :


3/10


Je suis totalement passée à côté de ce livre. Je pense n'avoir pas compris où voulait en venir l'auteur... En terminant le livre, je me suis même demandée s'il y avait vraiment une histoire...

6 commentaires:

  1. Je pense que je ne raterais rien en ne le lisant pas :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une amie qui a aimé pourtant :p

      Supprimer
  2. hihi c'est moi l'amie en question! J'ai bien aimé surtout le début avant que ça parte en live, j'ai eu l'impression de me retrouver devant un délire gratuit, heureusement que ça prend qu'une centaine de pages sinon j'aurais fini par mal le prendre! Le seul sens que je pourrais donner à ce départ en live serait l'idée que l'auteur essaie d'écrire et qu'il n'y arrive pas parce que devant sa page blanche il est sans cesse "pollué" par des idées parasites... Enfin bref, je vais galérer pour écrire ma chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la la il me tarde de la lire ta chronique ma belle ^^

      Supprimer
  3. J'ai un peu de mal à me remettre à la lecture contemporaine alors si jamais je m'y remets un jour, ce ne sera pas avec ce livre c'est certain :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, je pense pas que ce serait une bonne idée :p

      Supprimer