lundi 17 octobre 2016

Une vie entre deux océans

"Un phare prévient du danger - il recommande aux gens de garder leurs distances. Elle s'était trompée en croyant que c'était un lieu sûr."



Présentation de l’Éditeur : Libéré de l'horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l'île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l'abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l'impossibilité d'avoir un enfant. Jusqu'à ce jour d'avril où un dinghy vient s'abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d'un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d'ignorer le règlement, de ne pas signaler «l'incident» et de garder avec eux l'enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices... Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

Auteure : Margot L. Stedman, Australienne

Genre : Contemporaine ; Drame

Le livre commence ainsi :

"Le jour du miracle, Isabel, agenouillée au bord de la falaise, arrangeait la petite croix de bois flotté que son mari venait de fabriquer. Un gros nuage solitaire traînaillait dans le ciel de cette fin d'avril, qui s'étendait au-dessus de l'île en miroir de l'océan. Elle arrosa encore un peu puis tassa la terre au pied du buisson de romarin qu'elle avait planté récemment."


Mon avis : 

Ma lecture de ce livre a été particulièrement inégale. L'histoire m'a plu et passionnée, mais je n'ai pas été particulièrement touchée par le style de l'auteure, et c'était lent, très lent. Du coup, j'avais des envies d'abandon par moments.
Mon impatience à savoir ce qu'allaient devenir les personnages fut plus forte, heureusement.

Un des personnages principaux de cette histoire, à mon sens, n'est autre qu'un phare, le phare de Janus :



Le phare de Janus a été appelé comme le Dieu romain. Il représente les commencements et les fins, il a une tête tournée vers le passé et l'autre vers l'avenir. Il est fêté en janvier puisque c'est une période d'entre deux, la fin de l'année passée est encore en tête, et l'année nouvelle promet ou non des surprises. C'est un entre-temps qui a une grande signification pour le livre et l'histoire de nos personnages.
Le phare c'est celui qui guide, qui protège. Mais qui laissent aussi les personnes avec lui dans l'ombre, pour ne protéger que celles au loin. Pour les repousser.

Tom, notamment, est un homme qui vit entre deux temps. Il est traumatisé par la première guerre mondiale et par ce qu'il y a vécu, et il a aussi un peu de mal à imaginer l'avenir.
Son envie de travailler au phare de Janus est bien compréhensible. Il veut de la tranquillité. La solitude ne le dérange pas, il la recherche même.
Mais les gardiens de Phares perdent souvent la tête. L'être humain n'est pas fait pour vivre seul.
Tom rencontre alors sa future femme, Isabel, qui va un peu le sortir de son entre-deux. Qui va réussir à lui apporter une paix intérieure et à penser à l'avenir avec un peu plus d'espoir.
Tom est quelqu'un de silencieux, de calme et de posé. Isabel va lui apporter des sourires, des rires, une amie. Mais depuis le début de leur rencontre, je ne les trouve pas forcément bien assortis. Isabel essaiera sans arrêt de faire parler Tom de ce qu'il a vécu durant la guerre. Leurs caractères sont opposés, mais ne dit-on pas que les opposés s'attirent ?

Autant j'ai aimé le personnage de Tom, qui m'a beaucoup touché et qui prouve à de nombreuses reprises dans le livre qu'il est éperdument gentil et qu'il aime sa femme plus que tout, autant j'ai eu énormément de mal avec sa femme, Isabel.
Isabel est un personnage pour lequel j'ai tout de suite ressenti une certaine gêne, je ne saurais comment expliquer, et les événements qui suivront me donneront d'ailleurs raison.
Toute la faute vient d'elle, de sa faiblesse, de sa jalousie et son égoïsme. Certes, elle a fait plusieurs fausses couches, certes elle a le droit d'être dépressive, certes elle peut se sentir mal, mais ses actes et ses choix vont détruire tellement de vies... Celle de ce pauvre Tom qui n'avait vraiment pas besoin de ça après avoir connu l'horreur des tranchées, celle d'une pauvre mère qui pendant des années se demandera ce qu'il est advenu de son mari et de son bébé, et bien sûr celle de Grace / Lucy. Car la première victime de cette histoire c'est bel et bien l'enfant, qui ne comprendra pas pourquoi du jour au lendemain on l'arrache de sa vie de famille pour la mettre dans une autre, qu'elle ne connait pas.

Tom est quelqu'un de bon, qui a vécu des choses terribles durant la guerre, et qui ne souhaite qu'une chose : La paix. C'est parce qu'il aime sa femme qu'il va se taire, et c'est pour Lucy et sa vraie mère qu'il va tenter de rétablir la vérité. Mais ce sera malheureusement trop tard, le mal est fait. Leur vie seront toutes détruite par la faiblesse d'Isabel.
 Pour ce qui est des points négatifs du livre, le côté religieux m'a passablement agacé parfois.
Bien sûr, le récit est lent, mais ce que vivent les différents personnages est très fort. C'est extrêmement douloureux et violent pour tout le monde, notamment pour la pauvre petite Lucy / Grace.

J'ai vraiment tenu jusqu'au bout du livre pour savoir comment ils allaient s'en sortir, car j'avais beaucoup de mal à imaginer une fin heureuse.

Mon ressenti sur certains passages (spoilers) :

La vraie mère dans l'histoire pour moi c'est Hannah, la vraie mère de Lucy / Gace. Car c'est elle qui, pour le bien-être de sa fille, serait prête à la laisser à Isabel.
Contrairement à Isabel qui pense surtout à sa propre souffrance, qui a toujours fait passer son envie de maternité avant de penser à Lucy / Grace.

 Citations :

"Très lentement, il effectua un tour complet sur lui-même, embrassant du regard le néant qui l'entourait. Il avait la sensation que ses poumons ne seraient jamais assez grands pour inspirer autant d'air, que ses yeux ne pourraient jamais voir autant d'espace, de même qu'il ne pourrait jamais entendre toute la puissance de l'océan roulant et rugissant. L'espace d'un bref instant, il n'eut plus aucun repère."

"Peut-être que tous ces moments de ma vie dont j'aurais pu me passer étaient des épreuves pour voir si je te méritais, Izz."

"On ne pouvait jamais se fier à cette saleté d'existence. Ce qu'elle donne d'une main, elle le reprend de l'autre."

"Un phare, ça fonctionne pour les autres ; il est impuissant à éclairer l'espace le plus proche de lui."

"Tom regarde Isabel, il attend qu'elle lui rende son regard, il espère qu'elle va lui adresser un de ses sourires, qui, à l'instar du phare de Janus, représentait un point fixe et fiable dans ce monde, l'assurant qu'il ne serait jamais perdu."

"- Mais comment ? Comment fais-tu pour surmonter ça, mon chéri ? lui avait-elle demandé. Tu as enduré tellement d'épreuves, mais tu es toujours content. Comment fais-tu ?- J'ai choisi de l'être, avait-il répondu. Je peux laisser ruiner mon passé, consacrer mon temps à haïr les gens pour ce qu'ils m'ont fait, [...], où je peux pardonner et oublier.
- Mais ce n'est pas si facile.
[...]
- Oui, mais, trésor, c'est tellement moins fatiguant. Il suffit de pardonner une fois. Tandis que la rancune, il faut l'entretenir à longueur de journée, et recommencer tous les jours."


Note :


[14/20]
Les sujets abordés dans ce livre sont lourds et vraiment tristes. Le récit est lent, ce qui fait que j'ai failli abandonner plus d'une fois, mais l'envie de connaître la fin m'a permit de tenir le coup. L'écriture est mélancolique mais ne fait pas partie de celles que j'apprécie. J'ai donc passablement apprécié ma lecture...




8 commentaires:

  1. Je viens de le finir, et bizarrement j'ai apprécié cette lenteur, le fait que l'auteur prenne son temps pour nous raconter les choses. Je pense que cela représente bien aussi la vie à Janus, où le temps ne doit pas forcément s'écouler bien vite!
    J'ai eu du mal aussi avec Isabel, je la comprends sans vraiment la comprendre, c'est assez ambivalent ^^ toute cette douleur me parle, et pourtant je ne réussis pas à accepter ses choix, de même que je n'arrive pas à la juger.
    C'est néanmoins un très beau livre dont j'ai hâte de découvrir l'adaptation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord sur le fait que la lenteur représente la vie a Janus. D'ailleurs j'ai apprécié ma lecture mais... MAIS ^^
      J'ai bien plus ressenti la douleur d'Isabel dans le film. Je crois que ça doit venir un peu du style de l'auteure.
      J'espère que tu aimeras autant que moi l'adaptation ^^
      Bisous !!

      Supprimer
  2. Il faudrait que je tente celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien :) (Maisj'ai préféré le film !)

      Supprimer
  3. Comme toi, j'ai trouvé que la narration était lente et j'ai trouvé le personnage d'Isabel très antipathique et très égoïste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la La Isabel c'est THE bete noire DU bouquin ! MAIS DU coup, dans le film, ils ont carrément réussi à me la rendre sympathique. Incroyable ! Je partais de loin pourtant :p
      Merci pour ton passage :D

      Supprimer
  4. Longueurs + religion = tout ce que je déteste. Ce livre est clairement pas pour moi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr ! J'avoue, dit comme ça, ça fait pas rêver :p

      Supprimer